header_historique

UNE HISTOIRE

Laval-sur-le-Lac a été fondée le 5 mars 1915 par la législature de Québec. Son premier maire est J-Émile Léonard. Dès sa création, les fondateurs veulent faire de la pointe ouest de l’Ile Jésus, un endroit de villégiature privilégié. Elle est fréquentée par des Montréalais fortunés qui y passent leur été. Le premier maire de Laval-sur-le-Lac est J-Émile Léonard.

Il fait adopter des normes strictes afin de préserver la beauté naturelle des lieux. Par exemple, les règlements de construction exigent que les résidences soient construites à 40 pieds de la ligne de rue. Ils limitent également la construction à une maison par lot et interdit la construction sur les terrains de moins de 100 pieds de longueur.


Le golf

En 1917, le Club de golf de Laval-sur-le-Lac est créé par un groupe d’hommes d’affaires et de professionnels francophones. Le Club de golf sera, dès le commencement, lié intimement à Laval-sur-le-Lac. Depuis toujours, il en est son fleuron. Le Club de golf conçu par l’architecte écossais de renommée mondiale Willie Parc Jr ne compte que 9 trous lors de sa fondation.

C’est en 1926 que les deux arches en pierre des champs qui symbolisent la ville sont construites à chaque entrée. Une seule subsiste encore aujourd’hui. L’arche du côté de Laval-Ouest a été détruite en 1962 par cette ville.



La vie récréative

La municipalité investit dès sa naissance dans l’aménagement du Parc des Chênes situé au bord de l’eau. Il est la propriété de la compagnie des Terrains de Laval, qui possède presque tous les terrains de Laval-sur-le-Lac. La compagnie cède en 1920 le parc à la municipalité à condition qu’il demeure un parc public.

En 1927, la ville y aménage un terrain de boulingrin puis y ajoute en 1934 deux terrains de tennis.

Une plage borde l’emplacement. La mauvaise qualité de l’eau pousse la municipalité à construire une piscine et un chalet en 1958. Le club nautique fondé en 1953 installe une rampe de mise à l’eau et des quais au bout de la rue Les Cèdres. En 1959, le club de Yacht de Laval construit une marina.

En 1963, le club de curling est inauguré.



La vie religieuse

Il a fallu quelques années avant qu’une église soit construite à Laval-sur-le-Lac. En 1918, le curé de la paroisse Saint-Denis de Montréal, J. Alexandre Saint-Jean célèbre une messe dans le salon de sa maison d’été aux abords du Lac des Deux Montagnes.

En 1921, Mgr Paul Bruchési érige à Laval-sur-le-Lac une chapelle rattachée à la paroisse de Sainte-Dorothée sous le patronyme Sainte-Jean-Gualbert.

Le 12 septembre 1951, Mgr Paul-Émile Léger décrète l’érection d’une paroisse à Laval-sur-le-Lac. La chapelle étant détruite en 1951, la messe est célébrée au Club de golf. En 1954, le cardinal Paul-Émile Léger bénit la nouvelle église.



Les Bâtisseurs de Laval-sur-le-Lac

Joseph-Lucien Bigras est un des propriétaires de la compagnie des Terrains de Laval qui possède en 1915 tous les terrains de Laval-sur-le-Lac. Il fait partie du premier conseil municipal et agit à titre de conseiller. En janvier 1924, il devient maire de Laval-sur-le-Lac. Son travail colossal fait l’unanimité autant au sein du conseil municipal que dans la population. En 1949, lors du 25ième anniversaire de la municipalité, on lui rend un vibrant hommage: “ Si notre ville fait l’orgueil de tous les résidents et tous les visiteurs, cela est dû au dévouement inlassable et de tous les instants de notre maire, à sa prévoyance à sa science et à son gout esthétique.”

----

Le 4 juillet 1951, Joseph-Lucien Bigras prête serment comme maire pour la douzième fois lors de l’assemblée du conseil municipal. En pleine séance, il s’effondre et est emporté par une crise cardiaque. Ce maire qui a marqué Laval-sur-le-Lac aura tout sacrifié pour sa ville.

Au début des années trente, deux hommes, Napoléon Bastien et Napoléon Fournier travaillent pour la municipalité de Laval-sur-le-Lac. Ils ont assuré le fonctionnement de l’aqueduc, des travaux publics, du service de police, d’incendie et des loisirs. Napoléon Bastien devient graduellement l’homme fort de l’administration. De son côté, Napoléon Fournier démissionne en 1949 et s’enrôle dans la police provinciale.

Mais il retourne au sein de l’administration de Laval-sur-le-Lac lors de la démission de Napoléon Bastien en 1952.

Fusion à la ville de Laval

En 1964, la Commission d’étude sur les problèmes inter municipaux de l’Ile Jésus recommande la fusion des 14 villes pour éponger d’importants déficits. Malgré le désaccord de ses résidents et du conseil municipal, Laval-sur-le-Lac est fusionné à la ville de Laval le 14 août 1965. Il devient alors un quartier. Le dernier maire de la ville est Fernand R. Bibeau.